Demain, de nouveaux patients

05.02.18


La volonté des individus de jouer un rôle actif dans la prise en charge de leur santé amène plutôt à repenser la relation patient-médecin.

En effet, l’accès et la compréhension des données personnelles relatives à la santé peut s’avérer complexe pour une partie des individus. Il peut s’agir là d’un frein important à une diffusion massive des pratiques du quantified self, qui justifie que les professionnels de santé conservent un rôle important dans le suivi des patients.

L’accès facilité aux données de santé, s’il ne s’accompagne pas de clefs d’interprétation, peut en effet entraîner des craintes injustifiées voire se traduire par des comportements néfastes chez des individus mal informés.

Des patients mieux informés, exigeants,  finiront-ils par considérer qu’ils sont tout aussi capables qu’un professionnel de poser un diagnostic, n’attendant de lui que la signature d’une ordonnance ?

 

A découvrir prochainement, l’étude « Santé 2030 » du Leem et de Futuribles.