Communiqués de presse
 - 

3ème plan cancer : une ambition partagée par les industriels

07.02.14
Les industriels saluent la volonté affichée du troisième plan Cancer de doubler en 5 ans le nombre des essais cliniques quel que soit le type de cancer, de s’engager à doubler la couverture vaccinale pour les jeunes filles et d’utiliser les recettes supplémentaires issues des hausses du prix du tabac pour abonder un fonds dédié à la recherche, à la prévention et à la prise en charge du cancer.

L’annonce, du 3ème plan cancer (2014-2019) par le président de la République, François Hollande, montre la mobilisation sans faille de la France pour vaincre cette maladie qui touche chaque année 350 000 personnes.
Les industriels du médicament sont des acteurs engagés dans la lutte contre le cancer :

-              Avec de 800 molécules ciblées(1) en développement ou en cours d’évaluation dans le monde, le cancer est un des axes majeurs de leur recherche.
-              Plus d’un tiers(2) des investissements industriels en recherche à l’hôpital, réalisés sur le territoire français sont dédiés à la cancérologie
-              29% des essais cliniques de phase II et III réalisés en France(3) le sont en cancérologie.
-              25% des partenariats de recherche interviennent aujourd’hui dans le domaine du cancer.

Les industriels saluent donc la volonté affichée du troisième plan Cancer de doubler en 5 ans le nombre des essais cliniques quel que soit le type de cancer, de s’engager aussi à doubler la couverture vaccinale pour les jeunes filles et d’utiliser les recettes supplémentaires issues des hausses du prix du tabac pour abonder un fonds dédié à la recherche, à la prévention et à la prise en charge du cancer. Le troisième plan Cancer constitue par sa volonté de « donner à tous et partout les mêmes chances face à cette maladie », un signal fort pour favoriser le développement de la médecine personnalisée grâce à la connaissance fine du génome des tumeurs et pour accélérer la mise à disposition de thérapies innovantes contre le cancer.

Déjà un peu de 50% des nouvelles molécules mises sur le marché entre 2004 et 2012 appartiennent à la classe des thérapies ciblées. Les industriels s’engagent à accentuer l’avance de la France dans la médecine personnalisée en multipliant les synergies avec les 28 plateformes de génétique moléculaire réparties sur tout le territoire et les partenariats avec les 700 équipes de recherche travaillant sur la thématique du cancer en France. C’est le sens des propositions formulées par les industriels dans leur plateforme « Appel des entreprises du médicament engagées dans la lutte contre le cancer », téléchargeable sur https://kientrucxaydung.info/
Les entreprises du médicament rappellent par ailleurs leur attachement à la politique conventionnelle, seule à même d’assurer un large accès aux nouvelles stratégies thérapeutiques, dans le respect de la politique d’attractivité de la France pour l’innovation, portée par le CSIS/CSF.

 « L’accès de tous les malades à des soins de qualité est l’un des leviers permettant de relever le défi de la guérison, analyse Patrick ERRARD, président du Leem.
Actrices majeures du progrès thérapeutique en cancérologie, les entreprises du médicament sont aussi force de proposition pour préserver et développer l’accès aux soins dans un contexte de maîtrise des dépenses de santé ».

(1) 3ème Plan cancer (2014-2019.) page 49.
(2) En 2010, la cancérologie représentait 36,3% dans l’investissement industriel en recherche clinique à l’hôpital soit 172,5M€
(3)Thérapie 2013. Janvier-Février ; 68(1) : 1-18. D’après l’enquête Leem 2012. Place de la France dans la recherche clinique internationale…