Actualités
 - 

Intervention de Philippe Lamoureux, Directeur général du Leem

23.05.18
Discours prononcé dimanche 20 mai 2018 à Genève, dans le cadre des rencontres entre le Leem et les délégations des Pays Francophones, organisées en partenariat avec l’OIF.

(Sous réserve du prononcé)

Votre excellence Madame la Secrétaire Générale de L’Organisation Internationale de la Francophonie,
Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs les chefs de délégations,
Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs les présidents de conseils nationaux des Ordres de pharmaciens,
Mesdames et Messieurs les présidents et directeurs généraux,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Je suis particulièrement heureux, aujourd’hui, d’ouvrir les rencontres du Leem avec les délégations des Pays Francophones, organisées en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie. Je le suis d’autant que nous en fêtons aujourd’hui le 20ème anniversaire.

20 ans ! Cette longévité prouve, s’il le fallait, que nos rencontres annuelles à la veille de l’Assemblée mondiale de la Santé de l’OMS permettent aux pays francophones de se retrouver et d’échanger sur leurs problématiques de santé publique et sur des solutions partagées.

Ces réunions constituent une tribune visant à promouvoir des initiatives ayant un impact fort sur la santé publique. Nous pouvons citer, parmi les exemples les récents : le carnet de vaccination numérique mère-enfant, développé en Côte d’Ivoire, le dossier médical partagé mis en place au Mali, ou la promotion du Règlement Sanitaire International pour prévenir les épidémies.

Cette édition anniversaire prend cette année une ampleur toute particulière. Après avoir accueilli Abdou DIOUF, alors Secrétaire général de l’OIF, nous sommes particulièrement heureux aujourd’hui de recevoir Son Excellence Michaëlle JEAN, Secrétaire Générale de l’OIF, dont la présence parmi nous traduit l’engagement croissant de l’OIF dans le secteur de la santé. A cet égard, je tiens à remercier l’implication personnelle de Son Excellence Henri MONCEAU, Ambassadeur, Représentant permanent de l’OIF auprès des Nations Unies à Genève, co-organisateur de cette journée.

L’importance du sujet que nous allons traiter aujourd’hui, combattre et prévenir les résistances aux agents anti-infectieux, nous permet de réunir de nombreux ministres et experts très engagés dans cette cause. Après une vidéo introductive du Docteur Jean CARLET, Président de l’Alliance mondiale contre le développement des bactéries multirésistantes, nous aurons le plaisir d’accueillir, au cours d’une première table ronde, Monsieur Alassane SEIDOU, Ministre de la Santé du Bénin et Monsieur André MAMA FOUDA, Ministre de la Santé Publique du Cameroun, qui évoqueront leur expérience à travers les programmes de lutte contre les principales endémies qu’ils ont mis en place. Le Docteur Tim EVANS, Directeur Santé, Nutrition et Population de la Banque Mondiale, nous fera part de son expertise et de son engagement pour le bon usage des médicaments, et Monsieur Alexandre MERIEUX, Président Directeur Général de BioMérieux, évoquera les possibilités offertes par les outils de diagnostic innovants pour évaluer l’efficacité des agents anti-infectieux.

Nous sommes également très heureux de recevoir le Docteur Raymonde GOUDOU COFFIE, Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique de Côte d’Ivoire, et Madame NGUYEN Thi Kim Tiên, Ministre de la Santé du Vietnam, qui interviendront sur les différentes mesures de lutte contre les résistances aux médicaments anti-infectieux. Monsieur Thomas CUENI, Directeur Général de l’IFPMA, nous fera part des projets concrets développés par l’industrie pharmaceutique, et nous évoquerons avec le Docteur Jean-Yves MADEC, Directeur de recherches à l’ANSES, l’importance du bon usage des médicaments dans le monde animal.

o0o

Je voudrais insister sur le fait que le sujet que nous allons traiter aujourd’hui est à l’agenda des décideurs politiques au niveau international. La déclaration finale de la réunion du G20 de juin 2017 à Hambourg a insisté sur l’importance du bon usage des médicaments anti-infectieux, sur la nécessité de développer des initiatives harmonisées et cohérentes à l’échelle internationale, et de renforcer les investissements en Recherche et Développement.

Je ne voudrais citer qu’un chiffre, pour vous donner l’ampleur du défi : on estime qu’à l’horizon 2050 la résistance aux antibiotiques pourrait engendrer le décès de 10 millions de personnes par an dans le monde, soit une personne toutes les 3 secondes.

L’industrie pharmaceutique est attendue pour apporter de nouvelles solutions thérapeutiques. Nous entendrons par la voix du président de l’IFPMA, Monsieur Thomas CUENI, tous les efforts qui sont fait dans ce domaine et les résultats qui sont attendus, en particulier dans le cadre de programmes de développement publics/privés.
Cette obligation de réussite des équipes de recherche est particulièrement motivée par le fait que l’OMS a publié en février 2017 une liste de 12 familles de bactéries contre lesquelles elle juge urgent de développer de nouveaux antibiotiques en raison des risques de résistance actuels.

Réunis au sein de différentes initiatives de recherche, une trentaine de laboratoires adhérents du Leem sont actuellement actifs sur la recherche antibiotique et nous attendons l’arrivée d’une dizaine de nouvelles solutions thérapeutiques pour les mois et les années à venir.

La découverte et la mise sur le marché de nouveaux médicaments est certainement une solution qui permettra de faire face à l’émergence de ces résistances. Mais il est fondamental, pour gagner ce combat, de coordonner tous les éléments de la lutte, à savoir : favoriser le bon usage des médicaments anti-infectieux, garantir la pérennité des approvisionnements dans les pays en développement, renforcer la lutte contre les médicaments falsifiés et souvent sous-dosés, favoriser les diagnostics avant traitement, et réfléchir à la fin de l’accès libre aux agents anti-infectieux dans un certain nombre de pays.

Je perçois aujourd’hui, de manière très forte, l’importance du sujet que nous allons traiter, de la responsabilité que nous avons, nous, industries pharmaceutiques, et l’absolue nécessité de partager ensemble nos analyses et nos solutions afin de contribuer à l’élaboration de plans d’actions qui permettront de sauver des millions d’êtres humains.

Je cède maintenant la parole à [option 1] Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur Henri Monceau // [option 2] Son Excellence Madame la Secrétaire Générale Mickaëlle Jean et je le/la remercie pour l’excellence de notre relation et l’importance qu’il/elle donne au secteur santé dans leur organisation.

 


CONCLUSION

 

-    Je remercie tous les intervenants pour la pertinence de leur exposé, et pour avoir insisté sur l’urgence à trouver des solutions communes pour faire face au défi que nous avons à relever.

-    Nous allons avoir le plaisir de partager les messages de l’OMS, du Ministère français des solidarités et de la santé et de l’Organisation Internationale de la Francophonie, et je laisse la parole au Docteur Tedros …