Positions du Leem
 - 

Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) pour 2018

07.02.18
Le médicament, variable d’ajustement des comptes sociaux.

La contribution des entreprises du médicament aux efforts d’économies s’élève à 1,8 Md€. C’est la élevée jamais observée. Elle représente 40 % des économies totales alors que les dépenses liées aux médicaments ne représentent que 15 % des dépenses.
 
A travers cette LFSS, les pouvoirs publics sacrifient une vision de long terme pour un résultat de court terme. Pourtant, le système de santé français a besoin de réformes structurelles, basées sur une régulation attractive et cohérente qui prenne en compte le retour de l’innovation et son apport à la santé des personnes et à la modernisation du système de santé.
 
La « politique du rabot » exercée à travers les LFSS des cinq dernières années nuit gravement à l’attractivité du pays. Elle place l’industrie pharmaceutique à contre-courant des autres pays d’Europe avec lesquels la France est en compétition. En 2018, le secteur du médicament est privé de croissance pour la neuvième année consécutive, alors même qu’il a su absorber à moyens constants deux vagues d’innovations sans précédent (hépatite C et anti-PD1).