Communiqués de presse
 - 

Quinze ministres de la santé ont participé aux 16èmes Rencontres Leem/Pays Francophones

19.05.14
"La Lutte contre les maladies non transmissibles : une responsabilité partagée" : tel était le thème de ces rencontres.

Elles sont devenues un rendez-vous incontournable. Réunissant un plateau exceptionnel — quinze ministres de la Santé, dont deux sont également Premiers ministres —, les 16e Rencontres organisées par les entreprises du médicament (Leem), en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), à la veille de l’Assemblée Mondiale de la Santé à Genève, confirment leur statut d’espace unique où les pays francophones échangent au haut niveau sur les problématiques de santé publique.

Au cours des échanges entre délégations venues d’Afrique subsaharienne, du Maghreb, de l’océan Indien, professionnels de santé, OMS, organisations non gouvernementales, bailleurs de fonds et industriels du médicament, toutes les questions nouvelles posées par la prévalence des MNT (cancer, hypertension, diabète…), première cause de dans le monde (2/3 des décès en 2011 selon l’OMS, dont près de 80% — soit 26 millions de victimes — dans les pays à revenu faible ou intermédiaire) ont été abordées.

Le Pr Louis LOUTAN, Président du Geneva Health Forum, Service Médecine Internationale et Humanitaire des Hôpitaux Universitaires de Genève, a démontré que la baisse de fertilité généralisée, y compris en Afrique, et le vieillissement des populations, induisait à la fois une transition démographique et une transition épidémiologique, deux facteurs déterminants dans l’accroissement des maladies non transmissibles. L’urbanisation rapide change également le mode d’alimentation en encourageant la “malbouffe” et le manque d’activité physique, facteurs aggravants. Leur coût effrayant en vies humaines (52 millions par an d’ici à 2020), nécessite des plans d’action globale contre les MNT — qui représenteraient 47 trillions de dollars de dépenses de santé dans les vingt prochaines années. 

Face à ce fléau, Aléna MATZKE d’NCD Alliance a montré la nécessité, tant au niveau global qu’au niveau national, de fédérer l’action des ONG pour une meilleure information du public sur les risques, une meilleure prévention, une meilleure sensibilisation des politiques à la nécessaire restructuration des services de santé afin de mettre en place des structures capables de prendre en charge les MNT et un appel à une mobilisation générale pour que tous les acteurs concernés allient leurs efforts.

Le Dr Robert SEBBAG Vice-Président Accès au Médicament SANOFI, a interpellé l’assistance pour insister sur le fait qu’il n’y avait à ses yeux : « que des maladies à prendre en charge — qu’elles soient transmissibles ou pas, on ne peut pas couper en tranches la santé publique ! On peut avoir le Sida et une dépression… ». Il préconise en revanche d’appliquer aux MNT un modèle déjà éprouvé pour les maladies infectieuses : trouver des financements internationaux, des solutions d’approvisionnement en médicaments de qualité, des actions de prise en charge globale des patients… Un modèle à repenser d’urgence dans le cadre de la prise en charge des maladies chroniques, dans lequel l’industrie pharmaceutique prendrait sa part en tenant compte des contraintes économiques des États et en proposant notamment des médicaments à prix différenciés.
 
Fait unique, le Premier ministre de Madagascar, M. Roger KOLO, en est aussi le ministre de la Santé, ce qui traduit son engagement, qu’il a rappelé au cours de cette manifestation à mettre la santé au cœur de sa politique, pour le bien-être du peuple malgache, mais aussi parce qu’elle est « le corollaire de la bonne santé économique d’un pays » — avec une priorité absolue : l’éducation.

Le Pr El Houssaine LOUARDI Ministre de la Santé du Maroc met en avant le fait que, certes, il fallait des structures sanitaires bien réparties sur le territoire national, mais aussi fallait-il qu’elles soient capables de prendre en charge efficacement les patients. Il a insisté également sur l’intérêt pour la santé publique de mettre en place une couverture sociale, en particulier au travers du RAMED et de l’AMO, qui permettent de faciliter l’accès aux soins de d’un tiers de la population marocaine.

Le Dr Raymonde GOUDOU COFFIÉ, Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida de Côte d’Ivoire, a présenté à son tour la mise en œuvre d’un système de couverture sociale, la CMU, qui devrait démarrer début de 2015 et permettre d’améliorer progressivement la prise en charge des populations, tout autant que l’informatisation des systèmes.

Le Docteur Cécile MACÉ, de l’OMS, a mis l’accent sur le nécessaire respect par les praticiens de schémas thérapeutiques intégrant les médicaments essentiels pour la prise en charge des MNT. La plupart de ces médicaments sont aujourd’hui hors brevet et à bas coût mais leur accessibilité doit malgré tout être améliorée. Par ailleurs, les procédures d’homologation doivent être renforcées ainsi que la lutte contre la contrefaçon pour garantir aux patients l’accès à des médicaments de qualité.

Enfin l’intervention d’Hamadoun I. TOURE (Union Internationale des Télécommunications) a permis l’exploration des possibilités offertes par la e-santé : programmes de dépistage et de prévention, dispensation de l’information sur le bon usage du médicament et l’observance, avec entre autres un partenariat avec l’IFPMA dans lequel de nombreux laboratoires sont impliqués… Dans des domaines aussi importants que ceux du diabète et de la prévention du tabagisme, de nombreuses initiatives voient le jour et la m-santé (santé mobile) devrait constituer une voie d’avenir, à partir du moment où l’on réalise qu’il y a autant de téléphones mobiles que d’habitants sur la planète !
 
Les débats avec les 230 participants ont permis de faire témoigner un certain nombre de ministres de la santé sur leur propre expérience de mise en place de systèmes de couverture sociale permettant un meilleur accès aux soins et aux médicaments des populations, en particulier dans le domaine des MNT.

Le Prix de la Pharmacie Francophone 2013 a été remis à cette occasion par le Professeur Jean-Pierre FOUCHER, Président de l’Académie Nationale de Pharmacie de France. Le lauréat, Jean NEVE, éminent chercheur en prévention et nutrition et spécialiste en nutri-vigilance, est également président de la Haute Autorité de Santé en Belgique.
 
Son Excellence Ridha BOUABID, ambassadeur et représentant de l’OIF à Genève a salué, « au-delà d’un enjeu de santé publique, un véritable enjeu de développement ».
 
Philippe LAMOUREUX, Directeur Général du Leem, a conclu sur « une vision holistique, globale, qui implique les institutions politiques et sanitaires au niveau régional, le tissu associatif et médical, les grandes organisations internationales », rappelant que « c’est l’honneur de nos pays, de nos entreprises, de travailler à mutualiser nos expériences et nos savoirs au service des populations qui, partout dans le monde, aspirent à vivre longtemps et en meilleure santé. »
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Contacts presse :                          
Stéphanie BOU - tél : 01 45 03 88 38 -  Port. : 06 60 46 23 08 - email : [email protected]
Virginie PAUTRE – tél : 01 45 03 88 87 – email : [email protected]
Jean Clément VERGEAU – tél : 01 45 03 86 82 – email : [email protected]